Accueil Régions Rhône-Alpes - Centre

Centre

ACFEB Rhône-Alpes | Compte rendu de la rencontre du 23 novembre 2012

Nous étions une vingtaine, réunis à l'Université Catholique de Lyon le 23 novembre après-midi, en provenance de toute la région Rhône-Alpes et de la Suisse. Nous avons eu le plaisir d’accueillir Jean-Marie Carrière sj (Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris) comme conférencier mais aussi comme nouveau membre du groupe régional, puisqu’il habite désormais à Saint-Etienne. Les doctorants et étudiants en master 2 d’exégèse de la faculté de théologie avaient été invités à participer à son intervention ; ils nous ont quitté après le temps d’échange qui a suivi l’intervention de Jean-Marie Carrière, intitulée « ‘Peuple de Dieu’ dans le Deutéronome ». Après quelques remarques préliminaires sur les différentes manières d’aborder cette thématique, alors que le syntagme est absent de Dt, Jean-Marie a développé son apport en trois temps. Ayant effectué un repérage de l’emploi des mots ‘am et goy dans le Dt, il s’est intéressé d’abord au corpus des lois, pour y lire les principes constituants de l’être peuple, puis aux discours, en repartant de la fin et en remontant vers le début du livre. En conclusion, si l’expression « Tout Israël » semble signifiante du peuple organisé, et que l’alliance est le concept fondamental de la relation entre le Seigneur et son peuple, ce qui s’accompagne du qualificatif de « peuple saint », on peut s’interroger sur l’extension à donner aux métaphores de l’acquisition (segullah) et du patrimoine personnel (nahalah), ainsi que sur la quasi absence du vocabulaire familial. Une riche discussion a suivi le bel apport de Jean-Marie

 

Après une pause, les membres actifs de l’ACFEB ont délibéré sur l’admission à ce statut de divers membres associés, en vue de l’assemblée générale du samedi 1er décembre 2012 à Paris. Nous avons pu ensuite échanger sur les nouveautés bibliographiques, par exemple le nouveau livre issu des travaux de Jean Delorme, Pour lire les Paraboles (LD 254 ; Paris, Cerf 2012), qui est dû à Jean-Yves Thériault, mais aussi le Nouveau Testament commenté dirigé par Camille Focant et Daniel Marguerat (Montrouge-Genève ; Bayard - Labor & Fides 2012), dans lequel Jacques Descreux a commenté l’Apocalypse, ainsi que The Jewish Annotated New Testament, dirigé par Amy-Jill Levine et Marc Zvi Brettler (Oxford ; University Press 2012). Nous avons aussi parlé du congrès de Lyon 2014, et de la nécessité de mettre en place un comité d’organisation qui prenne le relais du comité scientifique ; celui-ci a déjà un projet assez abouti, et tous les conférenciers pressentis ont déjà donné leur accord, mais il reste du travail, d’ici au 1er septembre 2014.

 

Pour la formation aux logiciels bibliques, compte tenu de la présence d’utilisateurs de Bibleworks mais aussi d’Accordance,  un sondage a été mis en place pour que les personnes intéressées puissent se signaler, et que dans un deuxième temps elles puissent choisir une date commune. Le lien à suivre pour remplir le sondage est : http://doodle.com/cmkeuutputi3k6af.

 

Le groupe régional se retrouvera le 12 avril 2013 après-midi à l'UCLy, avec Maurice Gilbert sj, qui nous parlera du « peuple de Dieu dans le livre de la Sagesse ».

Formation au logiciel Bibleworks (25 mai 2012)

Introduction au logiciel Bibleworks

Bibleworks est un programme biblique pour Windows en anglais assez répandu parmi les exégètes; il en est à sa version 9, et permet de faire rapidement beaucoup de recherches et d'analyses bibliques.

Notre séance de travail nous a permis de nous familiariser avec les caractéristiques de Bibleworks, chacun apportant un ordinateur portable sur lequel il dispose a minima de la version 6 du logiciel. Nous avons travaillé avec un vidéoprojecteur pour que les manœuvres soient plus claires.

Voici le plan de ce que nous avons fait durant environ 2h.

  1. Prise en main du logiciel
    1. Les quatre zones de travail
    2. Les icones et les menus
    3. La barre de commande
  2. Les bases de données
    1. Textes bibliques
    2. Textes non bibliques
    3. Grammaires et dictionnaires
    4. Autres ressources
  3. Recherches simples
    1. Sur un texte biblique français
    2. Sur un texte grec analysé
    3. Sur un texte hébreu analysé
  4. Statistiques et exportation de résultats

Sur le site du logiciel, on recommande la page « Classroom Resources», qui donne beaucoup d’indications précieuses pour utiliser le logiciel avec d’autres. Par ailleurs, le blog met à disposition de très nombreuses bases de données additionnelles (Homère, Platon, Eusèbe de Césarée…).

Il est envisagé de faire une autre séance d’introduction à la rentrée 2012 pour ceux et celles qui n’ont pas pu venir ce 25 mai.

Compte-rendu de la rencontre ACFEB Rhône-Alpes du 9 mars 2012

            Ce vendredi 9 mars, le groupe Rhône-Alpes de l'ACFEB a eu le plaisir d’écouter et de dialoguer avec monsieur Eberhard Bons, professeur d’Ancien Testament à la faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg, à propos de l’ouvrage Le monothéisme biblique. Evolution, contexte et perspectives (Lectio Divina 244 ; Paris, Cerf 2011).

Cet ouvrage naît d’un programme de recherche développé durant six ans par les exégètes catholiques et protestants des facultés de théologie de Strasbourg, au moyen de 3 rencontres par semestre (vendredi 17h-19h), ainsi que des journées d’études. Les textes ont été repris et éventuellement actualisés pour la publication. A l’origine du questionnement sur le monothéisme biblique, on trouve une double découverte archéologique, celle d’inscriptions du IXème s. mentionnant « Yhwh et son Ashéra », ce qui interroge les affirmations du texte biblique sur le Dieu d’Israël et son rapport aux divinités des peuples voisins.

           Mais, plutôt que se demander quand le monothéisme naît, on s’est intéressé à des questions d’identité et de vocabulaire, ce qui a permis aussi de collaborer avec des collègues historiens et littéraires. Comment a-t-on cherché à exprimer l’unicité et l’incomparabilité du Dieu des juifs et des chrétiens? Comment concevoir la spécificité du Dieu unique, tout en mentionnant d’autres dieux et êtres célestes? Comment le monothéisme juif et chrétien a-t-il reçu la façon dont les érudits et les philosophes issus du monde « païen » évoquaient le Dieu un? Le parcours dépasse le seul judaïsme et concerne aussi le christianisme : comment concilier l’affirmation de la divinité de Jésus avec le monothéisme ? Mais il s’étend aussi aux philosophes païens, porteurs d’un monothéisme philosophique dans un contexte de pluralité…

            Le débat nourri qui a suivi nous a permis, en passant des récits de création au prophète Jonas porteur d’un message à Ninive, et jusqu’à l’Apocalypse, de nous approprier le questionnement proposé par Eberhard Bons, jusque dans des questions pastorales assez actuelles.

            Dans la deuxième partie d’après-midi, François Lestang a proposé un court exposé sur « le peuple de Dieu dans Lc-Ac », en vue de la préparation du congrès de Lyon 2014. Après avoir cité une conférence du cardinal Ratzinger sur l’ecclésiologie de Lumen Gentium où le futur pape cite l’exégète allemand Werner Berg pour soutenir que le thème biblique assez rare du « peuple de Dieu » exprime d’abord une relation « verticale » à Dieu, on a rappelé l’attrait lucanien pour ce terme de « peuple », qu’il emploie 84 fois, soit près de 2/3 des emplois du NT. Normalement, Luc emploie même le syntagme « le peuple (ho laos) », qui désigne habituellement le peuple d’Israël, comme opposé aux « nations ». Mais divers passages des Actes (3,22-23 ; 15,14 ; 18,10) ne dessineraient-ils pas un processus de remplacement des Juifs par les croyants en Jésus comme « le peuple » de Dieu, allant de pair avec la triple annonce paulinienne d’un abandon de la mission auprès des Juifs (13,46 ; 18,6 ; 28,28) ? Un tel remplacement est assez manifeste dans la finale matthéenne de la parabole des vignerons homicides (Mt 21,43). Cependant, dans le contexte narratif lucanien qui voit Paul continuer encore et encore à aller vers les synagogues, dans chaque lieu où il passe, et où le récit valorise nettement le judaïsme, y compris dans sa ritualité (Temple, circoncision), c’est plutôt une logique d’agrégation à Israël qui définit l’Eglise, par la grâce de Dieu, ce qui rejoint la verticalité dont parlait Joseph Ratzinger, mais aussi le grand exégète belge Jacques Dupont.

            Le débat qui a suivi cet exposé nous a permis d’évoquer les diverses compréhensions actuelles du rapport de l’œuvre lucanienne à Israël, et s’est élargi à des propositions de thématiques pour le congrès de 2014. Le comité scientifique du congrès se réunira dans les prochains mois.

            En fin d’après-midi, divers livres nouveaux ont été présentés, dont certains écrits par les membres de l’ACFEB Rhône-Alpes. Signalons ainsi :

-          Pierre de Martin de Viviès, Oracle du Seigneur. Amos, Osée, Isaïe (Lyon, Profac 2012), 332 p.
-          Philippe Lefebvre, Joseph. L’éloquence d’un taciturne (Bible en main ; Paris, Salvator 2012) 267 p.
-          François Lestang, Annonce et accueil de l'évangile. Les figures individuelles de croyants dans le deuxième voyage missionnaire de Paul (Ac 16,6-18,18) (Etudes bibliques 63 ; Pendé, Gabalda 2012), 269 p.

Pour les prochains mois, outre les colloques du RRENAB (Louvain, 24-26 mai, « Le lecteur »), de la faculté d’Angers (7-8 juin, « Modèle céleste. Bâtir et célébrer selon le modèle d’en haut dans la Bible et ses lectures ») et du Cadir (Lyon, 25-26 juin, « La signifiance : formes et énonciation dans la lecture sémiotique »), certains membres du groupe ont émis le désir d’une formation au programme informatique Bibleworks, qui en est à sa 9ème version. Contact sera pris après les vacances de Pâques pour proposer, en mai ou en juin, un séance de prise en mains ou d’approfondissement de ce logiciel, qui n’existe qu’en anglais, mais peut rendre d’appréciables services aux exégètes.

            Enfin, voici les dates de rencontre de l’an prochain : les vendredi 23 novembre 2012 et 12 avril 2013 après-midi, pour poursuivre la préparation du congrès de 2014.

Compte-rendu de la rencontre ACFEB Rhône-Alpes du 25 nov. 2011

Nous étions plus d'une vingtaine, réunis à l'Université Catholique de Lyon, en cette après-midi du 25 novembre, en provenance de toute la région Rhône-Alpes et de la Suisse. En première partie de notre rencontre, Elian Cuvillier (IPT - Montpellier) a parlé 45 minutes sur "Exégèse et théologie, un double défi", reprenant l'atelier qu'il avait animé lors du congrès de Toulouse. Son texte sera publié d'ici peu dans les Actes du congrès de Toulouse, dans la collection Lectio Divina. Un bon débat a suivi, permettant de préciser ou d'interroger tel ou tel point du riche exposé. Elian nous ayant quitté après 16h, nous avons donné des nouvelles des absents, du congrès de Toulouse, du futur congrès de Lyon et des livres récemment parus.

En deuxième partie d'après-midi, Anne Pénicaud nous a guidé dans la dégustation d'une spécialité lyonnaise, la sémiotique. Après une mise en bouche sous forme de quelques rappels historiques et méthodologiques, nous avons lu ensemble Mc 1,40-45 pendant une bonne heure, en nous intéressant à l'énonciation des divers acteurs, et la lecture fut réellement féconde. Un bon temps de reprise et d'interrogations sur la lecture a conclu cette riche après-midi, dont les deux moments s'articulaient remarquablement (le post-scriptum de la conférence d'Elian disait en peu de mots, et d'un point de vue non sémioticien, quelque chose de l'advenir à l'écoute cher aux sémioticiens). Nous nous sommes séparés vers 18h45

Nous nous retrouverons le 9 mars 2012 après-midi à l'UCLy, mais le conférencier auquel nous pensons n'a pas encore donné son accord, donc nous ne pouvons encore dire de quoi il s'agira, sauf que ce serait plus dans le champ de l'histoire religieuse d'Israël. A suivre...

Rencontres ACFEB Rhône-Alpes 2011

Vendredi 18 mars 2011 : animation biblique, congrès à venir, présentation d’ouvrages et de thèse

Nicole Fabre et Christiane Dieterlé, biblistes de l’Église Réformée de France, nous ont conduits dans une expérience d’animation biblique, d’abord à partir du verset « l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu », puis avec le texte de la tentation au désert dans l’évangile selon saint Matthieu. On trouvera des exemples de ce que nous avons fait sur le site www.animationbiblique.org. Un échange attentif a permis de relire ce que nous avions découvert dans ces animations bibliques.

Dans un deuxième temps, après avoir donné des nouvelles du congrès de Toulouse, nous nous sommes penchés sur les dates de l’an prochain. Après débat, nous avons décidé de continuer l’expérience de nous réunir le vendredi après-midi. Pour l’année prochaine, les rencontres régionales de l’ACFEB auront donc lieu les vendredi 25 novembre 2011 et 9 mars 2012, de 14h30 à 19h. Nous avons ensuite réfléchi sur le congrès ACFEB 2014, qu’il nous revient d’organiser.

On a évoqué les publications récentes des membres présents : Philippe Abadie, La reine masquée. Lecture du livre d’Esther(Profac) ; François Lestang & Marie-Hélène Robert, La Terre, demeure de sainteté. Études chrétiennes du judaïsme (Profac), paru à l’occasion des 20 ans du Centre Chrétien pour l’Étude du Judaïsme ; Bertrand Pinçon, Qohélet (Lire la Bible ; Cerf). D’autres livres récents ont été signalés.

En fin d’après-midi, François Lestang a parlé de son travail de thèse sur « les figures individuelles de croyants dans la mission paulinienne (Ac 16-18) », soutenue à l’Institut Biblique Pontifical de Rome en janvier 2011.

Plus d'articles...